dimanche 29 avril 2018

Rapide de Seichamps 2018: Restent 27 places! :)

Entrez c'est ouvert !
IL RESTE 27 PLACES!!!


...et cette année ce sont nos 10 ans!!! Alors nous tenons encore plus à avoir une ambiance et festive...nous ferons le maximum pour que vous passiez un bon après midi!
D'ailleurs vous aurez un cadeau à l'arrivée et un lot choisi à la fin! 
Pour vous inscrire?
Un petit mail suffira:
alain.baris395@orange.fr

lundi 16 avril 2018

En doublettes!

A l'initiative de l'excellent François Capaces,notre club inaugurait vendredi à 10 ans et ...un jour un tournoi en doublettes!
Et avec 3 invités d'autres clubs, Lucien Adrian,Yves Goeury et Dylan Capaces (fils de...) qui poussa la courtoisie en venant habillé...en rouge!

Entre 2 parties on dégusta le buffet confectionné avec les apports de chacun.Alors mieux que tous les discours...

Voici ...

...quelques photos!

Merci à François!

jeudi 12 avril 2018

Seichamps Echecs a 10 ans!

Dépôt des statuts le 12 Avril 2008...et bien ça fait 10 ans!
L'occasion franchement de vous dire ma satisfaction toute personnelle que de nombreuses personnes se soient retrouvées dans le projet initial, et portent haut les valeurs des échecs...mais tout autant de la convivialité!
Merci à tous ceux qui ont œuvré et œuvrent encore pour les joies de tous!
Amicalement, Alain

lundi 9 avril 2018

Coupe de la Parité: 2 belles équipes...rouges!

Texte de l'excellent François Capaces...les jolies photos en noir et blancs sont de la charmante Delphine Davidou que je remercie également!
De la coupe piratée.

La journée commençait bien. Les trois véhicules ont convergé avec la précision des Scipions attaquant la mortadelle.

Nous nous sommes retrouvé sur zone, prêts à occuper le terrain. Salle Nicolas Schmitt, ça ne s'invente pas.
Divisés en deux équipes, nous avons essuyé les premières escarmouches de la matinée.
J'étais responsable de l'équipe rouge. Christophe chapeautait l'équipe rouge.....
Jean-Marc a rapidement gagné contre un mauvais joueur.
Je traduis les propos de Jean-Marc: un joueur qui a préféré sacrifier une pièce plutôt que de voir son roque
éventré avec mat à suivre. Du très mauvais esprit, donc, mais un point pour nous.


Côté jeunes filles, c'était pas mal, ça nous a pas coûté l'écoute de grand'voile, 
mais deux roues de vélo dans la musette. Bon, on fait avec, ce n'est qu'un jeu comme on dit quand on morfle un bon coup.
Restait ma pomme en face de mon client et réciproquement,
aucun des deux décidé à lâcher le morcif.
Dans une finale qui s'achemine vers la nulle comme le mouton vers l'abattoir
mon adversaire commence à faufiler son roi dans un réseau.
Il calcule comme un damné pour finalement rater une variante de nul, lâcher le guidon,
puis une qualité pour finir dans un mat aidé.
Match nul, d'autor et d'achar.

Pendant ce temps, loin de ce bruit et cette fureur, l'équipe rouge gagnait sans trembler 3 à 1.

*** Pause casse-croute dans le petit parc le temps de nous remettre de nos émotions et nos paramètres vitaux à l'horizontale ***

L'après midi nous voilà catapultés table 1 contre l'équipe fanion du club présidentiel qui nous attend, la hache à la main et un sourire carnassier aux lèvres.

Le temps de dire "j'adoube", Jean-Marc est trucidé au milieu de l'échiquier pendant que ma position a un vieux relent de cabinets pas propres. Je signe mon arrêt de mort et ma feuille de partie et je vais me changer les idées. Tiens, je vais aller voir ce que font les filles !

Surprise. Rosine est en train de serrer le quiqui à Stéphane Vignale.
Quand à Laure, après avoir lâché une qualité en rase campagne (plus un pion pour le personnel) la voilà qui monte une attaque pas très discrète sur le roque adverse.
Au moment où la position s'emballe - du pas trop clair tirant sur le jus de boudin - sur la foi d'un coup intermédiaire vicieux, Laure attaque une tour adverse en posant un fou sur une case où il n'était pas attendu.
Et pour cause. J'ai vu Laure secouée du frisson qui étreint le voyageur imprudent au moment de poser le pied sur une mine.
On ne se méfie jamais assez d'un cheval qui recule. Exit le fou. Rideau.

À côté Rosine, à court de patience, commence à combiner l'enfermement d'une tour, au prix de l'affaiblissement de soi roi.
Quelques intermezzos plus tard, la tour s'échappe, le quiqui est desserré et Rosine rend les armes.
Compte que tu recomptes, ça nous fait quatre œufs de canne bien alignés.

Chez Christophe - les rouges donc - Franz gaffe dans une position difficile à jouer.
Au moment où il égalise enfin, Christophe balance une tour aux orties.
Résultat, les deux équipes rouges ont fait jeu égal. 4-0 partout.

Dernière ronde.
Le tankiste Jean-Marc manœuvre avec rudesse dans la position adverse sans trop se soucier des pièces
qui n'ont pas la présence d'esprit de s'écarter assez vite. Le mat vient comme un soulagement pour tout le monde.

Laure n'a visiblement plus la stamina nécessaire pour calculer et baisse pavillon.

Je gagne rapidement une pièce, je me regroupe comme je peux pour éviter le contre jeu.
Le temps de calculer des complications (qui reprend quoi, quelle pièce obstrue quelle autre en fin de variante) mon adversaire abandonne.
Je n'en demande pas tant, signez là, merci, et je vais voir Rosine.

Qui a décidé que son adversaire allait payer pour les deux autres.
Forte de son fou en fianchetto qui crame au laser tout ce qui passe sur la grande diagonale, elle est en train d'expliquer à son adversaire qu'il n'aurait pas dû attaquer comme la lune à l'aile-roi. Parce que ça fait des trous dans sa position.
Comme disait Xavier Parmentier, si ton adversaire t'attaque à l'aile, tu réagis ... à la cuisse.
Sans lâcher le morceau, Rosine joua son dernier coup, appuya sur la pendule, laissant à quia un adversaire incrédule.

Il était mat.
En fin de compte excellent esprit d'équipe.
Christophe et Rosine ont été étonnants dans leurs parties.
Tous les Seichanais ont joué sérieusement (surtout les rouges).